[Documentation]  [Le Pommier ]  [ Le Pin]  [Le Hêtre]  [Le Chêne]  [L'Olivier]  [Le Bostryche]  [L'Anoplophora] [Lexique] [Journal]

LA CULTURE DE L'OLIVIER  EN POT

        L'olivier est très résistant à la sècheresse, ses besoins sont faibles.
Il peut vivre à l'état spontané sans aucun entretien. Sa croissance est dite lente 10 à  15 centimètres par an. Son système radiculaire se développe lentement.
         C'est pour cela qu'il peut vivre en pot de nombreuses années.

Vous pouvez également  acheter un olivier de petite taille et le conditionné pour en faire un bonsaï.
Le rempotage de l'olivier est d'une simplicité enfantine.
Si vous avez de la terre à proximité de vous, servez vous de cette simple terre.
Sinon demandez à votre revendeur de produits et de terreau un TERREAU NEUTRE AVEC ARGILE  (type terreau universel). L'argile contenue dans le terreau assurera un taux d'humidité minimal qui vous permettra de ne pas arroser votre olivier sans cesse, car un pot dessèche vite surtout en été, et dans le sud j'en sais quelque chose

Choisissez un pot suffisamment grand, au moins le triple de celui d'origine, remplissez le de terre ou de terreau de sorte que lorsque vous poserez la motte de l'olivier dessus, votre olivier  se trouvera à la bonne hauteur dans le pot (pas trop enterré).
Posez votre olivier dessus, comblez les intervalles vides autour de la motte. Arrosez abondamment plusieurs fois de suite afin de bien faire descendre la terre, rajoutez de la terre s'il en manque.
Simple comme bonjour !

Arrosage de l'olivier en pot :

. Une fois tous les quinze jours d'octobre à mars
. Une fois par semaine  de mars à  mai
. Une fois par semaine et plus si nécessaire de mars à septembre selon les conditions climatiques

Fertilisation de l'olivier en pot :

Vous pouvez apporter de l'engrais liquide une fois par semaine entre mars et septembre. Un engrais pour géranium peut très bien convenir. Respectez les doses.

Taille de l'olivier en pot :

Vous n'êtes pas obligés de tailler un olivier  en pot car il est déjà conditionné par le récipient dans lequel il vit.

L'OLIVIER  ET  LE  FROID

L'Olivier peut résister à une température de moins 15 degrès s'il s'agit d'un froid sec et de courte durée.
         En revanche il est sensible aux grands froids humides ou verglassants.
         Soumis à une température de moins 10 degrès, sa vie n'est pas en danger, mais les feuilles et les jeunes pousses peuvent souffrir

Comme toutes les plantes plus il est vieux moins il craint le froid et inversement.


         Si on rencontre l'olivier traditionnellement sur le pourtour méditerrannéen, c'est parce que les températures de moins dix degrès y sont rares et de courte durée.
         On peut aujourd'hui penser que sa zone géographique de résistance au froid s'accroît avec le réchauffement de la planète.
De nos jours on trouve des Oliviers d'ornement dans presque toutes les régions   où les températures minimales n'atteignent que rarement moins dix degrés (Paris, Bretagne, Vendée, Ouest de la France.).

Dans les régions très froides , il suffit de le cultiver en pot où  il peut vivre de nombreuses années puisqu'il vit très bien en sol pauvre et que son système radiculaire se développe lentement. Ce qui permet de le mettre à l'abri pendant les périodes de grands froids, et de l'utiliser à des fins décoratives sur les terrasses, balcons ou vérandas .

Le froid le plus nuisible de l'histoire de l'Olivier fut celui du 2 FEVRIER 1956.
En fin d'après-midi, dans le sud de la France, les températures s'abaissèrent brutalement de plus 10 degrès à moins 15 degrès avec des pics de moins 20. Ce froid dura pendant plus de 20 jours. 1 million d'oliviers furent détruits, 5 millions furent recépés.

Pour en savoir plus sur l'olivier Consulter le site:  

http://www.monolivierdeprovence.com